Accéder au contenu principal

Face Ouest de l'Aiguille du Plan (3673m), ouverture, 700m, M5/95°/6b/A1

Pas facile de redémarrer après le post précédent. Je l'assume à 200% mais les vives remarques qu'il m'a attiré ont été difficile à digérer et m'ont coupé l'envie de me reconnecter. Qui a raison, qui a tort ?Je critique ceux qui veulent transformer la montagne en stade mais de mon coté, je m'en "sers" pour me mettre en avant dès que l'occasion se présente. C'est finalement aussi peu glorieux...
Si ces propos ont tourné en boucle dans mon esprit, mes yeux n'en sont pas moins restés tournés vers ce magnifique là-haut. La quête de la 101 éme course reste mon Graal  (101éme dans le sens de l'inconnu à découvrir plus que dans la difficulté à surenchérir)
1 : Bonington-Flores 66 / 2 : Dugit-Mercier '15 / 3 : Gabarrou-Picard Deyme 75 / 4: Voie Fontaine 1898 rectifiée  / 5:Tavernier-Profit-Radigues 85

Le début du Printemps, c'est la période idéale pour ce beau secteur qu'est la face ouest du Plan, la chaleur fait fondre la neige accumulée les mois précédents. Ces conditions demandent une grande attention car passé la date de péremption, les pierres se mettent à pleuvoir, les couloirs d’accès sont alors aussi dangereux que l'église de Charleston la nuit du 17 Juin dernier.

Pour avoir évoquée cette ligne avec Fabien Dugit quelques mois auparavant, c'est naturellement que je lui propose l'autre bout de la corde. Le projet initial est la Brown-Patey de 63, décrite dans le Vallot d'époque comme "le plus bel itinéraire du versant et une des plus belles voies des Aiguilles de Chamonix". Mon idée est de l'emprunter dans le bastion supérieur, le topo évoquant un dièdre évident de 120m en 5+. Pour y arriver, le couloir et ses 2 ressauts mixtes me semblent plus en rapport avec les conditions de la montagne. La ligne ainsi envisagée permet surtout une attaque nocturne garante d'une relative sécurité. Plus rapides en descente de bières qu'en montée de sentier, la durée de sommeil se chiffre finalement plus en minutes qu'en heures. La montée au Plan est toujours aussi peu funkie mais l'enceinte assume sa mission et l'électro s'avère une fois de plus le meilleur des boosters ! Encore un petit effort et nous voilà avec le jour à la rimaye. De loin, le ressaut raide qui marque l'attaque est marqué d'un beau trait blanc, on va se régaler. J'attaque mais bizarrement les engins traversent un peu trop facilement le blanc revêtement. Progressant  en évitant de trop reculer, je me retrouve finalement devant un passage bien trop raide et bien trop peu protégeable. Je désescalade une bonne dizaine de mètres et en forçant un peu trouve un passage bien moins exposé quelques mètres à droite. Encore une demi longueur à faire attention et on atteint le couloir. Petit coup d'accélérateur et nous voilà au pied d'un cirque large à sa base d'une bonne 100aine de mètre. Plusieurs possibilités possibles s'offrent à nous : des dalles fissurées à droite, un grand dièdre au centre et un ressaut en glace à gauche. Si j'avais réussi à déterminer un itinéraire dans le 2éme bastion, le premier n'offrait pas de passage évident vu de loin. Du coup, pour tomber au plus proche de la ligne imaginée à l'étage du dessus, on supprime la solution droite. Restera à trancher un peu plus haut pour la suite du programme. "Repousser au lendemain blablabla" étant une de mes morales favorites, on progresse sereinement de 3 longueurs.

Du pied, le dièdre, un peu trop large à mon gout ne m'excite plus du tout. Avec une seule possibilité, la résolution du problème s'avère plus simple à traiter. De toute façon à partir de là, la descente serait trop dangereuse, le soleil tape déjà sur le sommet de la face. La coulée de glace qui s'est formée au fond d'un diédre est magnifique à grimper : Physique et fragile, l'édifice sur lequel nous progressons met le piment que j'attends de ce genre d'ascension.

 Après cette longueur géniale, succède une fissure tellement large et profonde que  le grimpeur finit par disparaître à l'intérieur, dément !!!!!! Une longueur facile et le deuxième bastion nous domine, beaucoup plus court il est aussi extrêmement raide.  Une belle longueur de mixte et la face nous fait encore cadeau d'une longueur de glace, trop bien. Je me régale de ce passage avant de passer, bien content, le relais au savoyard mais néanmoins talentueux Dugit. L'avantage avec un gars qui court dans le 8éme supérieur, c'est qu'il ne va pas être embêter longtemps par les 200m de fissures qui nous dominent. Le mur est rayé de plusieurs fissures-diédres et la ligne Brown-Patey est bien 100 mètres plus à droite, pourquoi s’embêter à traverser dans de la neige molle et fondante quand on peut attaquer directement une tour rocheuse aussi tentante ? Bonus non négligeable, en attaquant au centre de la face, la hauteur à grimper sera largement plus haute que les 120 prévus !!! Fabtor a l'embarras du choix pour ouvrir à son tour. Pressantant un adversaire de taille,  l'aiguille du Plan  entre en résistance et s'organise rapidement en nous bouchant de terre, de neige et de glace la ligne évidente. Mais le Fabien est rusé, efficace, rapide et "beau gosse" mais là pour le coup, ça sert à rien vu qu'il n'y a pas foule de "girls to the top" dans le coin. Son côté joueur, qui souvent m'amuse, le pousse à me proposer un relais sous une douche glacée. Pendu comme un saucisson, me voilà condamné à subir en râlant mais comme la fin se précise, l'humidité ambiante n'est finalement pas si dérangeante. Un dernier coup de collier dans du mixte facile, un petit temps pour souffler en regardant passer un Dragon, l'hélico de la Sécurité Civile, rempli de copains (qui eux partent travailler à proximité) et la belle arête neigeuse qui mène au sommet du Plan est atteinte.
La classe, c'est pas tous les jours qu'on inscrit son nom entre Bonington, Brown, Patey, Gabarrou et Profit. Tout pile 17 heures d'effort ! Il nous en faudra encore 3 avant de savourer le délicieux dîner que Laurence nous a gardé spécialement au chaud.
Merci Mère Nature pour cette belle journée qui ira se caser dans la boîte à souvenirs des bons moments du passé!
Matos : Corde de 60m / Friends : 000 à 3 + 1 jeu de .4 à 2 / Broches : 2
Pas de relais / pas de point en place

Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…