Accéder au contenu principal

Face Nord des Pélerins, "Die Hard, Rep a (king) line". V / 5+ / M7 / 90°/ 600m

Il y les plans prévus de longue date et réglés au millimètre ou, plus courant chez moi, le truc décidé au dernier moment. L'ascension de cette voie "culte en devenir" en fait partie. Après avoir fait Carrington/Rousse, Beyond the good and the evil et  Pélerinage, l'ambiance de cette face m'avait marqué et j'avais envie d'y revenir. En relisant de vieux topos, cette ligne était apparue comme une évidence. Diverses raisons l'avaient toujours reléguées au stade du plan B. Mais ce matin alors que nous traversons du Plan de l’Aiguille pour rallier les flammes de Pierres pour 2 jours de fissures, nos regards ne cessent de fixer la face nord des Pèlerins. Au début, on la regarde en marchant sans vraiment se concerter, puis on ralentit l'allure en en parlant pour finir complément arrêter à s'interroger sur la viabilité de la chose. Une bonne minute de discussion et nous repoussons le plan fissure au Printemps prochain.

 La stratégie sera la suivante, on monte voir si le bas de la face (la partie la plus incertaine) est en condition dés la fin de journée et si ça veut jouer, on redescend bivouaquer et on lâche les chiens le lendemain.
 Retour à la maison pour troquer chaussons et magnésie contre piolet et crampons.
L'approche est plutôt courte quoique extrêmement pénible car touts les blocs du pierriers sont dans un équilibre totalement instable. Vu du pied, le sourire se marque de plus en plus sur nos faces transpirantes.

 Pendant que Korradidas s'équipe,  je m’emballe tranquillement les pinceaux et zippe. Le temps de me dire que je vais faire une sacré glissade et les pointes avant des crampons ont la bonne idée de se tanquer définitivement dans le névé. Carton rouge M. Mercier.

Les trois premières longueurs communes à "Beyond the good and the evil" sont avalées, l’excitation est à son comble.







 D'ici peu, on aura une vision complète de la partie extrêmement raide. Curieux moment qui conjuguent le bonheur de deux petits hommes devant l'itinéraire qu'ils vont tenter le lendemain et extrême tristesse sur la place de l'église de Chamonix pour un millier de personnes venu dire adieu à 3 montagnards exceptionnels dont curieux hasard l'un deux surveillait mes études au lycée!

A gauche, le dièdre de "Beyond", à droite la fine ligne du bonheur.


On en a assez vu pour aujourd'hui, demain sera un autre jour. Le bivouac est installé, un peu plus bas sur une confortable dalle de granit. Les 120 mètres de cordes sont fixés pour gagner un peu de temps.
Ambiance décontractée en profitant des derniers rayons du soleil, on en est sûr la journée de demain sera magnifique. La lecture du topo nous promet de bons moments : "Face Nord très sévère de plus de 600 mètres. Extrêmement Difficile, nombreux passages d'artif, plusieurs relais sur étriers".
Et qu’est-ce qu'on fait au bivouac?

Un joli cadre avec vue sur la traversée réalisée cette été.

Cette voie à été ouverte en 2 jours en août 1967 par Léon Dard et Jacques Reppelin. Elle sera répétée, toujours en 2 jours en Juillet 1972, les leaders s'appelaient Jean-Michel Cambon et Jean-Marc Boivin. Jean-Claude Droyer l'aurait peut être répété. Pas de répétition connue en condition hivernale. Quelques choses me dit que la ligne que l'on a déjà rebaptisée "Die Hard, Rep a (king) line" va se mériter.
Réveil à 4h, haut des stats à l'aube. Korra négocie avec toujours la même facilité l'escalade délicate de 2 longueurs de raide placage.


Son dernier relais nous ouvre les portes du champs de bataille. Je pars pour une longueur de traversé ascendante, le petit surplomb de départ me fait rentrer directement dans le match.



Korra a son tour s'enquille une magnifique petite goulotte qui nous mène dans le vif du sujet.







 A partir de là, on est dans le grand dièdre qui caractérise la voie. Les 4 longueurs qui vont suivre sont un des enchainements de ce que j'ai fait de plus soutenu dans le massif. Exit "No siesta" et le "Couloir Nord Direct", bienvenu dans la dimension "Die Hard". En résumé, c'est raide, très raide en fait, ça bourrine et ça manque de vire. Comme à l'accoutumé, les leaders libéreront à vue et ne poseront pas de piton.
L8

L8



L8
L8, arrivé du Korra au relais

L8, la fin

L9

L9

L9, Korra au relais.

L10 en regardant en haut

Depuis L10, vue plongeante.

L10, Jeff au relais
L10, fin de longueur pour "3 bandes man"

L11

L11

L11


L11

 La suite redevient largement plus simple mais restera un magnifique parcours de goulotte sur 6 longueurs.
Korra termine L12

L13, porte bien son nom. Une goulotte découverte au dernier moment!


L14

L14

L15

L15

Korra au relais de L15

L16

L16

L16

L16


L last

Cette ligne se pose comme référence en matière d'alpinisme mixte de haut-niveau.
Le diaporama on tvmountain.com

Horaire : attaque à 5.30 (3 premières longueurs fixées) sommet à 18.30
Descente : par le couloir coté W mais grosso modo dans les conditions actuelles même horaire que de tirer les rappels dans Carrington-Rousse)
Matos : double jeu du 000 au 1, 2/3/4 en simple + 1 set de cablé + 1 broche

Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…