Accéder au contenu principal

Grande Rocheuse, "Ouh Yeah"

Cette goulotte a l'avantage d'étre bien visible depuis les rappels du "Stadium", autant dire que j'ai eu le temps de la repérer ! Aprés avoir apprécié "Late too say..." le printemps dernier, j'avais forcément envie de remettre les crampons là-haut.

"Late to say, c'est la "grosse" coulée à gauche. "Ouh Yeah" se situe juste à sa droite : La Ligne évidente de glace fine.


  Départ à la benne des ouvriers à 8h15, l'approche est rando et la rimaye passe bien. Le Couturier est bon et on est à pied d'oeuvre à 11h30. Même si cela semble moins fournie qu'à l'ouverture, les condi sont bonnes, la ligne est quasiment ininterrompue, le filet de glace s'insinue entre des piliers plutôt raides, à coté "Late" ressemble à un sentier...Les commentaires des ouvreurs m'ont fait tergiverser toute la nuit, 5 heures pour les 3 premiéres longueurs, retour le 2éme jour à 22h. Du coup, le matos est encore plus blindé que d'habitude + des hexentriques + des pitons+ une frontale Ultra chargée à bloc + 2 grosses doudounes ...La redescente est longue, la journée courte et les températures extrémements fraiches, on montera au maxi jusqu'à 16h30. A nous de jouer avec ce timing. Eric passe devant dans le Couturier, je fait le sherpa derriére.

L1, le photographe s'est endormi. Notez qu'il a réussit à cadrer la corde.

L2

L2
Arrivé au pied des difficultés, je laisse le sac et passe devant pour la 1ére longueur. Eric encappe la suivante. Il fait relais au pied d'un petit ressaut. C'est probablement le court passage d'artif laissé par les premiers. C'est raide mais les lames se coincent bien...derriére deux blocs branlants. En grimpant cool, ça passe. Une goulote raide et encaissée termine cette belle longueur. La suivante est des plus démentes, "le plus beau passage de ma vie", Eric ne mâche pas ses mots. En même temps, quand tu habites l'Argentiére la Bessée...Le passage final est atypique, la main droite tient un piolet ancré dans 2 cm de glace et la gauche est verrouillée dans une fissure énorme. Comme à son habitude, il pousse des grands cris de joies en progressant : j'adore grimper avec ce type. Visiblement, ce fumier s'est bien renseigné sur la voie, je ma tape le 2éme passage total dry de la voie. C'est toujours raide, gavé de prises et les protections abondantes : que demander de plus ?
Le relais est en dessous d'un petit surplomb protégé par un bouchon de neige. Je suis déjà mort de rire à l'idée de la voir batailler dans ce passage ( même si je pense que ce mot n'existe pas dans son vocabulaire). Finalement, une large fissure permettra à Ricou d'accéder sans probléme aux derniers métres, les prises sont si grosses qu'il sort sans peine et sans ses pioches. Il est 16h45, timing parfait, on attaque les rappels. Ils dureront 2 heures 1/2.

L3, l'attaque du passage à libérer, un stopper en place.

L3, la fin du passage dry. D'ici on voit bien le bloc enchassé.

L4, d'abord Piolet / main et aprés quelques mètres...




...on inverse Main/piolet, mais là c'est plus raide.
 Merci Frédéric DEGOULET, Benjamin GUIGONNET, Sylvain AUDIBERT et Jérémy RUMEBE, votre ligne est magnifique. Comparée à "Late " en mauvaise condition, "Ouh Yeah" est largement plus soutenue mais les passages de mixte sont moins difficiles.
Matos :
2x60m (surtout pour les rappels), 1 jeu du 000 au 3 avec 0.4 à 2 en double. 2 broches. Pitons, stoppers et Hexcentique inutiles. N'oubliez pas la frontale et le matos pour abalakoff.
Topo succint :
L1 et L2 : 80°/M4
L3 : M6+/90°
L4 : 5+/90°en même temps!
L5 : M6/70°
L6 : 80°/M5 ou 4+




L5, qui c'est qui se recolle la longueur de dry ?   M'en fout, j'adore ça.
L5, ça fait raide, non ?

L6, une petite protection avant le passage en glace.


Une trav' à droite pour aller chercher les bacs de sortie.
Just done it !




Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…